je rends les armes

Je décide avec l’aide de Dieu de ne plus consommer de pornographie.

J’ai de plus en plus des idées de suicide. Si je continue je vais passer à l’acte.

Il faut que j’arrête maintenant. Rester sobre un jour à la fois. Consommer n’est pas une option. 

Le cybersexe me fait vomir. Je n’en veux plus. Je peux plus en regarder. 

Choisir la vie c’est ne plus regarder de porno. Porno =mort, suicide, idées noires. 

Donc je choisis de vivre pour aujourd’hui jusqu’au coucher, jusqu’à ce que je m’endorme. 

Je peux tout traverser avec Dieu. Je vais au bout de mes émotions. 

 

Je peux plus consommer. Je me fais mal physiquement. Je veux plus être un junkie. 

Publicités

Pornographie= suicide, cauchemars

Quand je regarde de la pornographie j’ai des idées noires et des envies de suicide.

Pour un gay éfféminé, la pornographie est l’humiliation de tout ce qui est féminin. Pas étonnant que j’ai souvent des idées de suicide depuis des années. 

 

J’ai l’impression que je suis en connexion avec ces femmes et ces hommes parfois qui souffrent sur ces plateux de tournage. Je fais des cauchemars éveillés et j’ai des flashs. J’ai rechuté. 

Dire qu’on est contre le porno ne suffit pas. j’ai cette addiction depuis que j’ai 14 ans. J’ai tenu presque 3 semaines sans. Aujourd’hui je reprends mon sevrage. 

Le porno me tue à petit feu. Je sens la mort… je ne peux plus continuer ainsi. Je garde espoir et je ne suis pas seul dans ma lutte. 

Chaque jour est un combat contre la pornographie, la spiritualité m’aide. Pour ces 24 heures j’ai été sobre. 

Le porno me fait vomir, je n’ai plus de consommation heureuse. Je capitule. 

Hommage à Linda Marciano et culpabilité

J’ai regardé le film « Deepthroat » quand il y a 3 ans. Ce film est de la boucherie humaine hétéro. L’actrice, le femme qui joue dans ce film a subi un viol collectif avant de devenir actrice pornographique. Quand Linda Boreman a quitté l’industrie pornographique elle a écrit un livre « Ordeal » qui raconte son histoire. On y apprend qu’elle a été battu et violé par son compagnon de l’époque pour jouer le film « Deepthroat ». C’est bien de l’esclavage sexuel.

Aujourd’hui j’ai de la culpabilité d’avoir regardé ce film et d’avoir participé à cette humiliation. Ce que je peux faire c’est pour ces 24 heures de promettre et de m’engager à ne plus regarder de pornographie. Car combien de Linda Boreman forcées et contraintes de tourner des films X ? 

J’ai fait du mal mais aujourd’hui je ne peux revenir sur le passé ni envisager le futur. je peux agir sur le présent et arrêter de regarder ces films de merde. 

Aujourd’hui Linda Marciano est morte. Que son âme repose en paix. Le plus grand cadeau que je puisse lui faire c’est arrêter de regarder ces films d’esclavage sexuel. Cette femme n’est pas un receptacle de sperme contrairement à ce que pense les hétéros machos. C’est un être humain. 

Elle a retrouvé sa dignité en rejoignant Andrea Dworkin et Catherine McKinnon, les deux activistes féministes qui militent contre l’industrie pornographique. 

A chaque fois que je penserai à l’industrie pornographique je penserai à elle. 

 

Ni Pute Ni Soumise façon gay

Je ne suis ni une pute ni une soumise. J’affirme ce que je pense et je ne suis pas une pute. Je ne suis pas soumise et je refuse de faire uniquement la cuisine ou le ménage parce que je suis éfféminé. 

Si les gays actifs machos ne veulent pas comprendre, qu’ils aillent se faire foutre. Je ne les retiens plus. Ces hommes là maintenant je veux leur régler leur compte. 

L’envie me titille de créer un mouvement NPNS gay. Certains gays sont machos et franchement ils font trop pitié mais c’est eux et leur allié qui tiennent tout le milieu gay, la presse, le divertissement les bars et surtout le porno. 

Cette époque est révolue. J’ouvre ma gueule aujourd’hui. 

Ni Pute ni Soumise ! 

Salope ?

J’en ai vraiment assez d’entendre le terme salopes à tout bout de champ. Et pour les hommes hétéros qui fourrent leur bites partout y a quoi comme insulte ? Rien …

Eux ils ont droit à rien, pas d’insultes, pas d’injures. 

En revanche les gays passifs et les femmes ont droit à ce terme de salope. Les premières salopes pour remttre les pendules à l’heure sont les mecs hétéros qui baisent tout ce qui bougent. On a de beaux exemples en politique ( Berluscloni, l’ex président du FMI et j’en passe )

Les plus grosses salopes que je connaisse ce ne sont pas les femmes ou les gays passifs mais bien les soi-disant Don Juan qui donnent leur bite à qui mieux mieux. Pour fourrer leur bite frippée partout, oui, là ils sont spécialistes. 

 

Mais comme je ne veux pas me mettre à la hauteur des hétéroflics je ne vais pas utiliser ce terme dégueulasse qui est consubstanciel à leur culture. 

Quand un mec me traitera de salope, je déroulerai sa pensée pour montrer qu’il est médiocre et profondément débile. Si je l’entends autour de moi, je laisserai passer. Je ne peux que m’occuper de moi, c’est déjà assez et de mes amis. 

PS : aux hétéros homophobes machos et aux gays actifs virilistes : la vrai salope, c’est celle que vous avez tous en vous. Laissez la s’exprimez, ça vous fera du bien ! 

Pornographie et infantilisme

La pornographie et surtout l’industrie pornographique utilise des fantasmes et des complexes issus de l’enfance.

La pornographie est souvent décrite par : »films pour adultes », « interdit aux moins de 18 ans ». Pornographie= être adulte et mature et responsable.

Quelle escroquerie ! En réalité, les fantasmes dans l’industrie pornographique sont pour la plupart issus de l’enfance. Le genre « Teens » est le genre de films pornographique préféré par les hétéros masculins. Il arrive en tête des ventes. Pourquoi ?

Ce genre de films met en scènes des filles majeures déguisées en écolières ou en filles qui ressemblent à des filles de 10 ans avec des hommes adultes. on est en plein fantasmes incestueux. On peut parler de pédophilie aussi.

C’est sans parler des films faisant une fixation sur les rapports oraux ou la sodomie. Freud a ecrit beaucoup de conneries mais sur les 3 stades de maturation de l’enfant il a raison. Le stade oral, le stade anal. Beaucoup de pornographes et beaucoup d’addict au porno sont restés bloqués au stade oral ou anal ( d’où l’urophilie ou la scatophilie). C’est une regression infantile au stade de l’enfance.

Parler d’industrie de films X pour adultes me fait rire. Les pornographes et les addicts sont des grands enfants restés à des stades infantiles.

« La pornographie c’est manger de la merde avec les yeux. C’est jouer avec son caca. »

Je suis d’accord avec cette citation. Ce que je peux ajouter au delà de la regression infantile c’est la perversion sadique.

99% de la pornographie hétéro et homo est basée sur le sadisme, et la domination des hommes virils et dominants.

Le sadisme est une perversion. En société les serial killers sadiques sont mis en prison. Mais dans la pornographie, ces hommes peuvent agir en toute liberté.

L’éducation apprend aux enfants que la torture est mal et que l’empathie doit être cultivée. Les enfants sont des pervers polymorphes, l’éducation leur apprend à s’humaniser et avoir le soucis de l’autre.

La pornographie ramène les adultes et les ados à un stade infantile ou pré-infantile. Elle déconstruit l’éducation et la notion d’empathie qui caractérise l’adulte mature et responsable.

La pornographie rime avec des complexes d’oedipe non resolus ( inceste, relation pére/fille, mère/fils, professeur/ élève etc…), elle rime aussi avec viols et abus de pouvoir et harcèlement sexuel.

Le sadomasochisme est lié à des traumatismes issus de l’enfance non résolus et encore présent dans l’inconscient.

La pornographie c’est le degré zéro de la connaissance de soi. Tout reste latent et dans l’inconscient. Tout est compulsion et addiction. Ce sont des grands enfants qui se maltraitent dans une cour d’école.

Le consentement en question dans l’industrie pornographique

Image

 

La plupart et la majorité des filles et des hommes dans l’industrie pornographiques viennent des milieux les plus défavorisés. Les femmes ont presque toutes subies de l’inceste ou des viols avant d’entrer dans ce milieu porno. 

Ont-elles vraiment le choix ? Le choix était-il éclairé ? Certainement pas. Si elles avaient eu d’autres opportunités, une meilleure intégration sociale elles auraient choisi un autre chemin de vie. 

Les contrats qu’elles signent, les lisent elles ? La pression des producteurs proxénètes…

C’est pire dans les pays du Tiers-monde. le porno est produit par des proxénétes sans pitié et des trafiquants d’être humains. Ce qui veut dire que le porn addict regarde des vidéos produites par des mafieux, on ne sait jamais tracer l’origine des vidéos. Beaucoup de vidéos sont obtenus sous la contrainte, des vidéos de viols réels parfois. 

Aujourd’hui, la conscience morale m’empêche d’en regarder. Je savais depuis longtemps que cette industrie sentait le cadavre mais aujourd’hui elle me répugne au plus haut point. Je ne veux pas être complice de la Traite des femmes et des jeunes gays. 

Entrer en résistance c’est d’abord arrêter de regarder du porno. Si chaque personne arrête définitivement de regarder et d’engraisser cette industrie criminelle on aura fait du chemin. Moi je participe plus. C’est fini. Allez au diable les pornographes ! 

Racisme et stéréotypes racialistes dans la pornographie

nmwBanania

La pornographie qu’elle soit hétéro ou homo justifie par le sexe et les fantasmes sexuels le racisme avec des relents coloniaux. C’est le seul média où on tolère le racisme. Dans tout autre média il serait d’entrée de jeu sanctionné par l’opinion public ou la justice.

Je suis asiatique. Les hommes asiatiques n’apparaissent pas dans la pornographie hétéro mais ils apparaissent dans la pornographie gay. Les asiatiques dans le porno gay sont présentés avec des caractéristiques féminines et sont en général soumis aux blancs. Ils sont féminisés et faibles comme la propagande coloniale le faisait il y quelques décennies.

Quand aux noirs que ce soit dans la pornographie hétéro ou homo ils sont présentés comme des animaux sauvages, ils sont hypersexualisés et sont réduit à la taille énorme de leur pénis. L’animalisation des noirs date de la colonisation et de sa propagande de l’inégalité des races. La pornographie glamorise et érotise le racisme d’antan et toutes les conneries de la colonisation et les restes de l’esclavage.

Regarder du porno c’est souscrire à l’idéologie raciste des suprémacistes blancs et ultracapitalistes. On peut être antiraciste et regarder du porno en même temps; Il y a un conflit de loyauté et un tiraillement intérieur.

Je parle ici du racisme colonial, c’est pire quand on pense à l’antisémitisme surtout dans les films S/M. Jen parlerai dans un autre post.

Résolution pour l’année 2014 : Ne plus utiliser « Putain » pour ponctuer mes phrases

J’avais promis que je ne ferai pas de résolutions cette année. je déroge à la règle car ma résolution est de taille et est politique et nécessite un entrainement :

Je promets de ne plus utiliser le terme « putain » pour ponctuer mes phrases. Je déteste quand ces connards et connasses d’hétéros homophobes utilisent le terme PD ou pédale ou tapette. Je vais m’y mettre moi aussi. En tant que citoyen et activiste contre le porno et pour l’égalité hommes/femmes, je décide aujourd’hui d’exclure de mon vocabulaire le terme PUTAIN. Ce n’est pas une insulte. La seule insulte est d’être client. D’ailleurs ils vont être pénalisés et devenir des délinquants. Le crime est d’être client, il faut qu’on invente une insulte pour les clients qui sont en général des hommes hétéros et mariés avec enfants excusez du peu !

Je ne reprendrai pas les abrutis hommes et femmes d’ailleurs ui utilisent ce terme. Qu’ils aillent au diable ! Moi je ne l’utiliserai plus. C’est terminé. je refuse d’utiliser les termes de l’hétéro-patriarcat homophobe.

 

A bon entendeur salut !

Les victimes de l’industrie pornographique

 sex-slave-graffiti1

JubileeMag-SexTrafficking

« Les hommes ont la permission d’acheter de la pornographie mais les femmes en paient le prix fort, en terme d’exploitation, de viol, de violences et du fait qu’une société  ne les voient qu’en tant qu’objets sexuels jetables. »

Rosalie Maggio, « The Dictionary of Bias-Free Usage » (1991)

J’ajouterais à cette citation les « femmes et les hommes gays éfféminés, les Trans ». Tout ce qui de près ou de loin est associé au féminin est menacé de mort par l’industrie pornographique. Les grands  profiteurs sont les hommes « virils », hétéros ou homos. Les tenants de la phallocratie au pouvoir.

Depuis que ma consommation de porno a cessé, je vois à quel point j’ai intériorisé certains stéréotypes pornographiques sexistes. En tant que gay passif et éfféminé je déconseille de regarder du porno. Le porno a pour effet de me rendre complètement amorphe au lit avec un homme. Je suis complètement inerte, j’attends juste que « l’homme », l’actif me domine et m’humilie. C’est le sous-texte du porno. Le féminin doit se soumettre pour que « l’homme » puisse en tirer du plaisir. C’est l’école du viol intériorisé. Se faire violer, violenter pour atteindre l’orgasme.

Humilier pour jouir. Soumettre pour avoir du plaisir. L’industrie pornographique est par définition sadomasochiste. Elle exploite les relations de pouvoir pour faire du profit, elle érotise la soumission, l’asservissement et l’avilissement du féminin.

J’ai payé le prix fort avec les femmes et les Trans. Regarder du porno a fait de moi une victime consentante des hommes pervers et dominateurs. C’est une école du viol. Le porno apprend aux femmes et aux gays à rester soumis et aux hétéros mâles à être dominants. C’est un discours de haine homophobe et sexiste. La propagande phallocrate et hétérosexiste a pignon sur rue.

Je suis consterné que la communauté gay et lesbienne vende et distribue du matériel pornographique qui vante les moeurs des hétéroconservateurs et autres hétéroflics. La pensée « straight », je n’en veux pas.

Le mâle dominant, potentiellement violeur et incestueux je n’en veux pas. Pour moi, ça ça n’est pas un homme, mais plutôt un raté, un abrutis. Pourtant dans l’industrie porno , c’est le modèle type de l’acteur pornographique.

Bref, si comme moi vous ne voulez plus payez le prix cher en regardant du porno et ne plus être les dindons de la farce, arrêter de regarder du porno. Oui, c’est un acte éminemment politique. C’est dire NON au patriarcat, à la phallocratie, NON aux cathos fachos qui sont des faux-culs car ils disent être contre le porno alors qu’ils défendent le sexisme le plus outrancier. NON aux hétéroflics qui ne jurent que par la différence des sexes et la complémentarité homme-femme comme seul modèle de couple. NON à l’inceste, à la pédophilie, à la maltraitance infantile : l’industrie pornographique est une source de profit pour les mafias de la traite des femmes et les traffics d’esclaves sexuels et même d’enfants ou d’adolescents dans le monde, sans parler des « Hentai » mangas porno Japonais ouvertement pro-pédophiles dès fois.

Previous Older Entries